JEU CONCOURS 2013 MEMOIRES d’éducateurs spécialisés, la gagnante est Miren BÉHAXÉTÉGUY.

En Juin 2013, l’ONES organisait un jeu concours destiné à récompenser les mémoires déposés dans le cadre de l’obtention du Diplôme d’État d’Educateur Spécialisé. Au delà de récompenser la meilleure production, ce concours avait pour principal objectif de contribuer à faire un peu plus découvrir le métier d’éducateur spécialisé en mettant en avant des travaux qui interrogent les différents secteurs de l’éducation spécialisée.

Après quelque mois de retard, la délibération du jury s’est portée sur le travail  de:

Le jury a entre autre apprécié le questionnement posé, l’approche réflexive, l’articulation entre pratique et théorie, la pertinence du sujet.

Extrait :

« Des usagers ont recours, plus ou moins régulièrement, à la prostitution. (…) Il peut s’agir de chercher à pallier l’absence de compagne. En ce sens, ces pratiques peuvent être perçues pour l’usager comme « thérapeutiques en ce qui concerne la certitude retrouvée du bon fonctionnement des organes génitaux. Elles sont libératrices quant aux retrouvailles d’un plaisir à deux, qui n’apporte décidément pas les mêmes sensations qu’un plaisir solitaire. Elles sont frustrantes lorsqu’il s’agit du besoin d’atténuer la solitude existentielle, par la complicité de deux êtres fondée sur la satisfaction d’un intérêt commun et similaire ». De fait, l’intérêt est rarement similaire dans une relation prostitutionnelle, ce qui ramène certains usagers à une abstinence, moins douloureuse dans ce qu’elle leur renvoie sur la question de l’altérité. La prostitution peut également constituer un moyen de vendre du crack contre du sexe, ou d’obtenir du crack : un homme demande à un autre homme qui veut lui acheter du crack de lui pratiquer une fellation comme paiement; un autre prostitue sa compagne, et avec l’argent obtenu, leur procure du crack à tous les deux.

Mais les usagers hommes en parlent avec parcimonie, car souvent, «  la marginalité des pratiques est indissociable du silence qu’elle implique. En effet, certains hommes hétérosexuels, en quête de produit à consommer dans la nuit, acceptent parfois pour assouvir leur addiction irrépressible de pratiquer une fellation à un autre homme. Qu’elles soient consenties ou subies, ces pratiques peuvent provoquer des « blessures narcissiques ». Au-delà de l’acte sexuel difficilement assumé, ce que les usagers me renvoient lorsqu’ils évoquent cette question est de l’ordre de l’estime de soi : le sentiment de honte est perceptible, leur ego est souvent dégradé. Il me semble ainsi qu’en tant qu’éducateurs spécialisés, notre rôle est de les accompagner dans ce travail de reconstruction de leur identité et de la considération qu’ils ont d’eux-mêmes. Quelles que soient les raisons qui la motivent, l’activité prostitutionnelle présente des risques de transmission infectieuse qui peuvent aussi être liés à la variation du tarif ; en effet, une personne, si elle le demande et paye plus cher, pourra obtenir une relation sexuelle sans préservatif. De plus, il s’agit souvent d’une sexualité violente, impliquant immédiateté et rapidité. Sans l’utilisation de gel lubrifiant, les muqueuses peuvent développer irritations, brûlures, voire déchirures, augmentant automatiquement les risques de contamination des partenaires.(…) »

 La gagnante se voit récompensée d’un chèque de 100 euros.

L’ONES tient a remercier tout particulièrement l’ensemble des participantes et participants dont les mémoires pour celles et ceux qui l’ont autorisé sont disponibles en nous contactant.

– Les mutations du travail social :Quels effets sur les pratiques des travailleurs sociaux dans le champ des addictions ? Bertille HUG. (2013)

– Plus qu’un abri… .Guillemette MICHEL (2008)Objectif:Insertion. Anne-Lise BOURRÉ. (2013)

– Soutenir les parents et protéger les enfants en AEMO : Un travail paradoxal ? Hélène DUMASDELAGE. (2013)

– Entre intégration, identité culturelle, traumatismes et enjeux des « papiers », quel accompagnement pour les mineurs isolés étrangers ? Stanislas PUROL. (2013)

– La force du lien n’est pas en rapport avec la qualité de la relation. Marie-Charlotte TOSI. (2013)

– LES VARIATIONS AUTOUR D’UN PROJET. Sophie ROYER. (2013)« TU VEUX – TU FAIRE UN CHOIX ? » L’accompagnement de l’expression de choix personnels auprès d’ adolescents atteints de troubles du spectre autistique. Alexandra JAUMOUILLÉ ; (2013)

– MISE EN PLACE D’UN GROUPE DE PAROLE EN SESSAD. Pour prévenir des risques liés à la vie affective et sexuelle des adolescents. Sonia AÏBAR. (2013)- DÉTOURS DE BABEL. La place de l’interprète dans l’accompagnement social . Samuel MURINGER. (2013)

– DU PAVE AU PLANCHER. Projet d’atelier d’expression théâtrale. Comment donner l’occasion aux personnes concernées par la prostitution, de faire évoluer leur rapport avec la société, tout en les accompagnant à contrer le processus de dé-subjectivation dont elles font l’objet ? Nicolas HEINEF. (2013)

– Comment l’éducateur spécialisé et l’usager de drogue se saisissent-ils d’un sujet aussi protéiforme que la sexualité ? Un exemple en CAARUD. Miren BÉHAXÉTÉGUY. (2013)

– Entre relation éducative et soin. Emmanuel BARBIER (2013)

– Un accompagnement d’adolescents et de jeunes adultes endeuillés. Sylvain le DROGO.(2013=)

– « Tu verras … tu t’y feras. » De l’impuissance face à l’urgence sociale, peut naître l’essence de nouvelles actions par l’expression de soi. Nadia AIT CHALAL. (2013)

– L’ACCOMPAGNEMENT SOCIAL, UN PREMIER PAS VERS L’AUTONOMIE ET LA RECONQUÊTE DE SOI. Charlotte JAMET. (2013)

– COMMENT L’ÉDUCATEUR ACCOMPAGNE LES JEUNES QUAND LEUR SOUFFRANCE EST INDICIBLE ? La danse, un outil contribuant à l’émergence de l’expression. Alexia PIVETEAU. (2013)

– LE LIVRET D’ACCUEIL, DU SUPPORT A L’OUTIL. Audrey CHEMAMA. (2013)

– AUTISME ET INTÉGRATION SCOLAIRE : UN PARADOXE ? Apprendre à lire les émotions, pour investir la relation. Delphine MOREAU. (2013)

– JE FAIS DONC JE SUIS ? Quand l’activité de médiation remet en mouvement les personnes. Elodie PERTUS. (2013)

– APPRENDRE AUTREMENT L’activité comme un outil éducatif. Florian CHIAPELLO.(2013)

– LA VIE QUOTIDIENNE à L’INTERNAT, CADRE STRUCTURANT POUR ACCUEILLIR L’ENFANT DÉFICIENT INTELLECTUEL.Le travail de l’éducateur spécialisé. Marion ROUSSEAU (2004)

– Se laisser étonner. Des animaux auprès d’enfants autistes: Une possibilité de relation « pas comme les autres » pour des enfants « pas comme les autres ». Stéphanie SCHLOSSER.(2013)

-LA NOTION DE TEMPS DANS LA RELATION ÉDUCATIVE L’éducateur au carrefour des temporalités. Caroline NEVEUX. (2009)