L’ONES ne se rendra pas à l’invitation de Madame Laurence Rossignol pour une concertation sur la protection de l’enfance.

L’ONES ne se rendra pas à l’invitation de Laurence Rossignol Secrétaire d’État chargée de la Famille, des Personnes âgées et de l’Autonomie, auprès de la ministre des Affaires sociales et de la Santé

L’ONES décline l’invitation de Laurence Rossignol à une concertation sur la protection de l’enfance.

En effet, les conditions d’un véritable échange sur un sujet aussi important ne sont pas réunies.

Les délais très resserrés, l’ordre du jour particulièrement dense, le nombre d’invités extrêmement important (28 personnes) , le temps trop court (3 heures) réservé à cette « concertation » soit 6,5 mn par personne, ne peuvent donner lieu qu’à un bref exposé, indigne de la complexité et de la gravité des enjeux d’une telle réforme de la loi.

Par ailleurs, nous sommes très étonnés qu’il ait fallu un reportage TV et quelques livres caricaturaux pour que la Ministre découvre les problématiques de la protection de l’enfance alors que des rapports, avis, enquête ou l’évaluation de la loi de 2007 sont rendus depuis longtemps.

Pour l’ONES, cela en dit long sur la nature de l’écoute ministérielle. Cette stratégie ne laisse pas présager un véritable échange, mais plutôt une manœuvre visant à nous associer à un projet de réforme déjà bien ficelé.

L’ONES ne se laissera pas instrumentaliser, laissant dire que les éducateurs spécialisés ont été consultés alors que les conditions ne le permettent pas raisonnablement.

En revanche, l’ONES se rendra à une véritable consultation avec des conditions d’échanges suffisantes comme nous l’avons déjà fait lorsque nous avons été invités à nous exprimer sur la protection de l’enfance, invités par deux sénatrices auteures du rapport sénatorial ou par Madame Bertinotti lorsqu’elle était ministre de la famille.

Les Questions:

DEMARCHE DE CONCERTATION SUR LA PROTECTION DE L’ENFANCE
Les professionnels de la protection de l’enfance
Lundi 12 Janvier 2015

Thème 1. La mise en place d’une culture commune des acteurs de la protection de l’enfance

• Quelles sont les bonnes pratiques en la matière ? notamment avec les acteurs de la santé, l’éducation nationale, la protection judiciaire de la jeunesse et les différents services qui concourent à la protection de l’enfance ?
• Comment renforcer la construction d’une culture professionnelle commune ? Quel pilote ?
• Quelles sont les attentes concernant les formations initiales et continues, notamment pluri-institutionnelles et pluridisciplinaires ? quels freins ?
• Quelle est la plus-value du schéma départemental de protection de l’enfance et de l’observatoire départemental de protection de l’enfance ?
• L’existence d’une instance de gouvernance locale et nationale contribuerait elle à renforcer la création d’une culture commune ?
• La loi de 2007 a t’elle modifié les pratiques en matière de partage d’information ? cette évolution de la loi de 2007 a-t-elle favorisé la mise en place d’une culture commune ?
• La gouvernance et l’articulation entre le national et le local, questionnements et enjeux.

THEME 2. L’approche globale de la situation de l’enfant et de sa famille

• Comment améliorer l’approche globale des situations et de la prise en charge des besoins des enfants et de leur famille afin d’offrir une réponse de qualité et la cohérence des parcours des enfants ?
• Quel référent pour l’enfant ?
• Êtes-vous associés – ou avez-vous connaissance – de l’évaluation de la situation (en amont et en cours), du rapport annuel etc. ?
• Quel projet pour l’enfant (élaboration, actualisation, suivi, transmission)
• La diversité de l’offre de prise en charge actuelle permet elle de répondre aux besoins et aux demandes des enfants et des familles ? Besoin de créer de nouvelles formes de prise en charge ?
• Quelles sont les attentes des professionnels en matière d’outils et de références nationales ? Quelles appropriations des recommandations (Anesm…) ?
• Quelle gouvernance / quel pilotage pour favoriser l’approche globale de la situation ?

THEME 3. La perception du rôle du travail social en protection de l’enfance par les enfants et leurs familles

• La loi de 2007 a-t-elle eu des effets sur les postures professionnelles (augmentation de la charge administrative sur l’accompagnement social) ?
• Quelles sont les atouts et les limites de la contractualisation avec les parents dans la phase administrative notamment dans les situations de danger ?
• Comment lever les incompréhensions avec les parents et les enfants sur le rôle et les responsabilités des travailleurs sociaux ? Comment expliciter aux enfants et aux familles le sens des mesures prises ?
• Au sein de l’institution, comment améliorer l’environnement professionnel et managérial pour permettre au travailleur social d’exercer pleinement ses fonctions ?
• Quelles sont les difficultés rencontrées dans le recueil de l’expression de l’enfant et de sa famille ? Comment améliorer l’expression de l’enfant et le respect de ses droits ?
• L’écrit professionnel : quelles difficultés et bonnes pratiques ?