Nous sommes tous Jacques, tué à Nantes Jeudi 19 Mars 2015

A la suite de l’évènement tragique qui a frappé Jacques, éducateur spécialisé, tué à Nantes Jeudi 19 Mars dans l’exercice de son métier,

après avoir adressé son soutien à la famille des victimes, l’ONES a lancé une action symbolique le 23 Mars 2015 via Facebook en envoyant à chaque député, chaque élu de la République le texte qui suit et que nous avions publié il y  a quelques mois sur notre site.

Travailleurs sociaux, formateurs, nous vous invitons à vous joindre à cette action

« Face au désintérêt médiatique, au mépris d’une certaine partie de la classe politique concernant l’action sociale,  à la quasi absence de prise de position politique en réponse à cet évènement tragique qui frappe notre profession de plein fouet;

si vous vous demandez encore qui sommes-nous, à quoi nous servons, vous députés, ministres, ex-ministres, élus de la République, voici de quoi vous éclairer:

Papa, c’est quoi être éduc’ ?

« Être éduc’ spé mon fils c’est t’occuper…
….des drogués, des clodos, des ruinés, des claqués, des violés, des battus, des maltraités, des perdus, des disjonctés, des perdants, des illuminés, des délirants, des tarés, des mangeurs de caca, des taulards, des tordus, des accidentés, des inconscients, des pauvres, des très pauvres, des très très pauvres, des miséreux, des traînées, des qui se traînent, des malades, des condamnés, des sanctionnés, des fatigués, des suicidaires, des vieux, des jeunes, des familles, des enfants, des hommes, des femmes, des français, des immigrés, des sans-papiers, des avec papiers, des avec des faux-papiers, des avec des vrais-faux-papiers, des sans-noms, des sans-slips, des sans-espoirs, des cassés d’une jambe, d’un bras, du dos, de la colonne, du cerveau, de la vie, des méchants, des très méchants, des gentils, des cons, des très cons, des pervers, des beaux, des moins beaux, des moches, des très laids, des repoussants, des répugnants, des puants, des petits, des moyens, des grands, des bons, des mauvais, des paresseux, des fuyards, de la violence, de la colère, de la haine, de la culpabilité, du dégoût, du désespoir, de la souffrance, du déchirement, des séparations, des pleurs, des bobos, des chagrins, des câlins, de la folie, de l’absurdité, des aberrations, des injustices, des injures, des vexations, des humiliations, des blessures, de la honte, de la paperasse, des rapports, des courriers, des évals, des projets, du vomi, du juge, de l’avocat, du médecin, du préfet, de l’inspecteur, des keufs, des administrations, du maire, des chiottes bouchées, des culs à torcher, des douches à donner, des fausses routes, des béquées, de la porte à ouvrir, de la porte à fermer, des manques, des manques, et des manques, des besoins, des non-dits, des secrets, des beaux secrets, des secrets dégoûtants, des besoins, et des besoins, de prendre rendez-vous, de donner un rendez-vous, et un autre, et un autre, et un autre, et puis un autre et encore un autre, des demandes dites et non-dites, des demandes montrées et non-montrées, de l’ampoule grillée, de ce que tu dois deviner, du standard qui sonne, des réponses pas bonnes, des fugues, des alertes, des cris, des coups de pieds, de poing, de tête, des symptômes, des médocs, des cafards que tu ramènes chez toi, de la gale qui gratte la nuit, des puces éventuellement, de la tuberculose qu’on t’a refilé, de ta peur de chopper le sida, une hépatite, des problèmes de ton équipe, des déménagements, des emménagements, des aménagements, des ménagements, des politiques publiques, des cartons de l’autre, des stagiaires, des collègues, des éducs !, des statistiques, et même des faussées, de prendre le temps et du temps encore, des combats même quand c’est pas les tiens, de comprendre et d’aider à comprendre même quand on y comprend vraiment quedal, de ta propre violence, de ton agressivité, de ton dégoût, de ta haine, de ton affection, de ta séduction, de ton désespoir, de ta souffrance, de tes écoutilles en les ouvrant très grand !, de ton déchirement, de tes séparations, de tes pleurs, de refouler tes larmes, de tes bobos, de ta culpabilité, de tes chagrins, de tes câlins…, c’est regarder le temps sans regarder les heures, c’est penser et repenser, à comment tu vas faire, comment tu vas panser, qu’est-ce que tu vas faire, pourquoi, pour quand, avec qui, pour qui, pour quoi…., c’est résister aux certitudes, aux mangeurs de complexité, aux simplismes, aux simplistes, aux convenances, aux petits arrangements, aux standards, au conformisme, c’est te blinder contre la connerie, c’est être là. » »

 Lire aussi:

Agression mortelle à Nantes, l’ONES compatit à la douleur des victimes.

Ce que nous apprend la disparition de Jacques Gasztowtt, éducateur, inhumé aujourd’hui. Par D.Dubasque

 

About

Check Also

reseaux_sociaux12

HCTS. Partage des informations à caractère secret, quelle pertinence?

Depuis le 1er juillet 2016, l’ONES est membre du HCTS, haut conseil du travail social …

7 comments

  1. J’ai lu un jour cette formule de Robert Castel je crois qui parlait des éducs comme des fantassins, c’est une métaphore juste et terrible. Les fantassins sont les soldats qu’on envoie en première ligne du front. L’assassinat de l’éducateur de Nantes en est hélas l’illustration tragique d’une société qui va mal. Restons debout et faisons entendre aux pouvoirs publics ce qui anime nos convictions dans ce métier qui est un rempart contre la misère du monde !

  2. 9 avril est un jour à saisir pour la création d’un collectif travailleurs sociaux et assimilés en colère ou en passe de le devenir très vite par les temps qui courent. Le travail social est une variable d’ajustement de la dette publique, sachons le!

  3. un travail de fourmi, silencieux et presque invisible, pour que l’ homme reste debout !

  4. J’adhère!! Mon mari éduc spé rentre du travail… il est épuisé… BEAU METIER….

  5. Très beau métier ! Je ne suis pas éduc, je suis assfam : métiers de vocation et je soutiens.

  6. très beau texte de notre quotidien …….

  7. une belle définition , de ce qui est une vocation