FILM:LA TÊTE HAUTE. le 13 Mai 2015. Par Emmanuelle Bercot.

L’initiative est suffisamment rare pour qu’on la souligne, notamment lorsqu’elle est réalisée avec une certaine justesse. A conseiller de voir en cette période de remise en cause de nos missions, de nos rôles, de nos formations.

LA TÊTE HAUTE. Par Emmanuelle Bercot.

« Rien n’est totalement joué d’avance pour un enfant et avec une action éducative, il est possible de stopper la dégringolade, et de reprendre les choses en main. Comment gérer cela sans baisser les bras, c’est ce que raconte le film.» Emmanuelle Bercot

LA TÊTE HAUTE raconte le parcours éducatif de Malony, de six à dix-huit ans, qu’une juge pour enfant et un éducateur tentent inlassablement de sauver.

Ce film rassemble Catherine Deneuve, Benoît Magimel, Sara Forestier et Rod Paradot, qui interprète Malony, le personnage principal.

Quelques mots de Emmanuelle Bercot, réalisatrice du film LA TÊTE HAUTE :

« L’écriture du scénario a été précédée par un travail d’enquête assidu sur le terrain. Afin que dans le film tout soit vraisemblable et juste, ce qui est ma première préoccupation en matière de fiction, j’ai effectué un stage auprès du Tribunal pour enfants de Paris afin d’observer précisément comment se déroulent les choses, physiquement, dans le bureau d’un juge. (…) J’ai rencontré des juges, des  éducateurs et des délinquants. J’ai passé du temps dans un Centre Educatif Fermé, assisté à plusieurs audiences au tribunal, lu beaucoup de livres et visionné des heures de reportages et de documentaires sur le sujet.
Ce travail d’immersion, dans les bureaux et sur le terrain, m’a permis également de comprendre que ces jeunes ne sont pas une seule et unique chose, mais qu’ils ont plusieurs visages, en fonction des situations qu’ils traversent, et des intervenants qu’ils rencontrent, et le plus troublant, comme nous l’a fait remarquer un de leurs juges, c’est que tous ces visages sont sincères.
Car ce n’est pas tant les délits qu’ils commettent qui les définissent mais les raisons pour lesquelles ils en viennent à commettre des délits.
Nous avons eu la chance d’être aidées par le Juge Thierry Baranger, actuellement président du Tribunal pour enfants de Paris. Il a été sensible à notre projet et nous a ouvert les portes de son tribunal, acceptant finalement d’être consultant sur le scénario, dont il a suivi toutes les étapes, afin de nous garantir que tout ce qui est dans ce scénario est crédible, cohérent, et très fidèle à la réalité qu’il observe et connaît depuis de nombreuses années. Les dialogues notamment – puisque c’est un film qui repose puissamment sur la parole – se devaient d’être absolument justes.
Grâce au stage que j’ai effectué auprès du Tribunal pour enfants de Paris, j’ai pu nourrir, cette fois, le travail de mise en scène en observant précisément comment se déroulent les choses, physiquement, dans le bureau d’un juge.À cette matière documentaire, nous avons souhaité insuffler de la fiction et du romanesque, au travers du personnage de Tess, dont Malony va tomber amoureux, et grâce à laquelle il va finalement s’en sortir. Mais là encore afin de coller à une certaine réalité, puisque les éducateurs le disent tous : pour la plupart des délinquants, le déclic absolu c’est de tomber amoureux. Quand enfin ils ont appris à s’aimer un peu et deviennent à leur tour capables d’aimer…
Je reste admirative de l’énergie, du dévouement, et de la patience que des éducateurs mettent à sortir ces jeunes du fossé, coûte que coûte, malgré les obstacles, les ingratitudes et les violences, en apportant finalement simplement l’attention dont ces enfants ont tant manqué.
J’espère que cette histoire saura vous toucher, comme nous l’avons été Marcia Romano (co-scénariste du film) et moi, au cours de cette longue enquête, au contact de ces enfants en souffrance et de ces adultes qui consacrent leur vie à combler le défaut d’amour et d’éducation qui les a menés là où ils sont. »

3 comments

  1. Vincent non ce n’est pas possible. c’est youtube qui filtre.

  2. Je suis éducatrice….Merci de ces mots qui me touchent .Oui ,nous donnons beaucoup,sans fin ,sans rien attendre ,mais quel bonheur de voir certains gamins ou ados s’en sortir et etre heureux. Enfin un film qui ose parler et montrer la douleur et le bonheur.bravo ,j’attends avec impatience d’aller le voir!

  3. J’habite au Brésil et je ne peux pas lire la vidéo. Est-il possible de changer les paramètres de la vidéo, Merci Vincent