o-PEACE-FOR-PARIS-facebook

Liberté Egalité Fraternité. Toute notre compassion aux victimes et familles des victimes.

About

Check Also

fonctionnement-social-impact-bonds-5

COMMUNIQUE. Investissement à impact social : l’ONES alerte sur les dérives graves de ce mode de financement d’origine anglo-saxon.

La secrétaire d’État en charge de l’économie sociale et solidaire vient de lancer un appel …

4 comments

  1. Bonjour je voudrai savoir quelles sont les démarches pour rejoindre l ONES?…les propositions et décisions sont faites par qui?….je souhaiterai faire connaitre les points de vue de mon équipe sur les pistes de travail à envisager en terme de prévention de la radicalisation….je souhaiterai que les éducateurs de France soient réellement consultés.Nous sommes au coeur du combat de l idéologie.Me Lio.éducatrice au FEAM. Mon mail: naflo@hotmail.fr.Cordialement

  2. Un drame, des vies volées, d’autres abimées à jamais…rien n’est explicable, rien ne peut justifier ces horreurs. Hélas le « plus jamais ça » ne peut qu’être crié à nouveau, encore et encore…si la douleur pouvait se partager, sachez vous les familles touchées dans votre chair, que nous sommes nombreux avec vous.

  3. J’ai peur. Cette peur je la ressens là, dans mon ventre. Elle commence dans mon ventre, le giron de l’humanité. Ce même endroit ou j’ai construit la vie plus efficacement qu’en tentant d’exercer mon métier. Cette sensation part de là et circule dans le haut de mon corps transperçant mon cœur comme si c’était une balle de kalachnikov. Et puis elle se diffuse dans mes bras, ceux qui me permettent d’agir je sens que ça tremble tout à l’intérieur de mes bras. Cette sensation diffuse m’empêche de dormir parce qu’elle atteint aussi ma tête, celle qui commende, les bras, tu sais ceux qui me permettent d’agir. Y a tout qui tremble la dedans et je ne dors plus, depuis. Je me pose mille questions je pense à eux, qui jouissaient pleinement de leur liberté, a eux qui sont à la recherche des leurs, puis aux miens. Je pense à ces terroristes, je relis la définitions de terroristes, pour être bien sur, mais c’est sans appel, il s’agit bien de cela. Je suis bien née, dans un bon pays, une famille qui m’a aimé plus que de raison. je suis heureuse et solide. Je me permet même d’exercer un métier d’accompagnement et d’échange tant je pense qu’au fond de mois, des valeurs saines circulent. Mais aujourd’hui, je pense au pire, je ne peux m’en empêcher, ça m’a fait ça aussi quand ma mère nous a annoncé son cancer. J’ai touché le fond, pensé au pire j’ai eu peur et puis je me suis battue avec elle, avec eux. L’issue est largement positive tant cette épreuve n’a eu de cesse de nous rappeler combien l’amour pouvait faire des miracles. L’amour c’est un mot tabou dans mon métier, et pourtant, je rois que c’est le nerf qui coince régulièrement ceux qui me laissent les accompagner un temps dans leurs vie.
    J’ai peur, je le dis ici. Mais je vais dire le contraire et m’efforcer de ne pas le montrer lorsque tout à l’heure j’irai au PMU de mon village Lot et Garonnais, ou les arabes jouent abondamment juste à coté des racistes et des ignorants qui clament au et fort qu’ils sont chez eux. Je suis pourtant expatriée moi aussi, mais sur ma gueule ça ne se voit pas. Après Charlie je m’étais juré de ne plus jamais me taire lorsqu’un message de haine passait sur min chemin. Je ne laisserai plus jamais les élèves d’un collège refuser de faire une minutes de silence en hommage a des victimes d’acte de barbarie. Je contrerai chacune des idées haineuse dont je serai témoin. Je suis en guerre, à mon niveau, à mon échelle. Je construirai une « armée d’humour et d’amour », pour toi mon fils principalement. Les terroristes sont perdus, ils ne sont plus des hommes.

  4. Aujourd’hui je me lève dans un état de tristesse…je pleure notre jeunesse, ces jeunes qui se font sauter, qui tuent des innocents. Je pleure toutes les victimes, tous ces innocents, ces gens qui ne demandaient qu’à vivre et partager des moments de joie et de paix.
    En tant que travailleur social, grande est notre responsabilité dans l’ avenir de notre jeunesse…la prise de conscience et de responsabilité doit se faire maintenant. L’ état, l’ école, les familles, les services sociaux doivent urgemment prendre la mesure de la gravité de la situation pour que demain plus aucun citoyen ne bascule dans cette folie.
    Courage et espoir pour relever ce défit, un pays éduqué tourné vers l’ humanité