COMMUNIQUE: Pourquoi la prévention spécialisée?


Alors que dans un même temps l’on annonce la création de structures de déradicalisation censées s’ériger en véritables outils de lutte contre le terrorisme, outils auxquels les travailleurs sociaux sont également censés participer pour déconstruire l’emprise mentale des personnes s’étant radicalisées (
Rapport Pietrasanta à M Valls), de l’autre la prévention spécialisée est insidieusement menacée par le politique qui n’hésite pas a faire des coupes sombres dans les finances.

La prévention spécialisée, ce sont des professionnels sur le terrain, au contact des populations les plus en difficulté qui agissent pour maintenir, développer ou restaurer le lien social, si fondamental au pacte républicain et à notre si fragile « vivre-ensemble ». La prévention spécialisée n’est pas inscrite dans la loi comme une mission obligatoire du Conseil départemental. Étrangement, elle est facultative ce qui en ces temps de réductions budgétaires drastiques pour le secteur social et médico-social rend sa pérennité très incertaine.

Prévenir, c’est anticiper. C’est annoncer à quelqu’un ce qui risque de se produire. Prévenir c’est déjà en ce sens agir en amont de ce qui va se produire pour modifier une trajectoire. Prévenir c’est en ce sens agir pour l’avenir, en l’occurrence, celui des personnes auxquelles se destine cette action, là où pour ce qui concerne ce secteur, la République abandonne le champ.

Comment ne pas douter de la fiabilité de la parole du politique, qui d’un côté confirme la valeur du travail social, son importance, sa compétence, notamment lors des Etats généraux du travail social, et de l’autre coupe les financements aux associations avec pour conséquences la suppression de postes de travailleurs sociaux et la réduction du périmètre d’intervention des services de prévention.

Comment ne pas s’indigner dès lors qu’il apparaît comme une évidence que le vide laissé par le recul de l’État abandonne les familles à leur sort, ce vide se constituant en un véritable terreau sur lequel poussent la désaffiliation, la prolifération des extrêmes et la radicalité sous toutes ses formes.

Alors si il faut être plus clair pour le politique, éclairons-le. Pourquoi la prévention spécialisée ? Pour prévenir l’échec scolaire, les mauvais traitements envers les enfants, la délinquance des mineurs, la violence, les addictions, les grossesses précoces, les MST etc, mais pas seulement. La prévention spécialisée c’est aussi un lien pour relayer la parole des familles vers les pouvoirs publics. La prévention spécialisée, c’est un pont entre des jeunes livrés à eux-mêmes, l’école, les services sociaux et médicaux, les missions locales et le monde du travail. C’est enfin le dernier dispositif d’éducation qui va à la rencontre des jeunes et jeunes adultes en marge ou en risque de marginalisation, sans distinction aucune, sur le terrain, dans les quartiers, et qui n’attend pas les crises ou les passages à l’acte pour agir.

Monsieur le premier Ministre, Présidents et futurs Présidents des conseils départementaux, si la famille est le premier système social par lequel le jeune enfant, l’enfant, l’adolescent ou le jeune adulte acquiert et développe des compétences sociales et cognitives, facteurs de réussite scolaire et professionnelle, rappelons que depuis Durkheim, le terme éducation confère à l’action éducative une dimension délibérée, une volonté de changement, selon les personnes et le contexte dans lequel cette action est mise en œuvre.

Vous souhaitez plus de sécurité pour les concitoyens. Vous souhaitez que cela change.

En retirant la prévention spécialisée, comment ce changement pourrait-il se réaliser puisque c’est un peu plus d’éducation que vous supprimez sur les territoires, en laissant un vide, que ni l’école, ni les services sociaux n’ont les moyens de combler. L’éducation, c’est le premier rempart contre l’insécurité.

Par conséquent, si comme nous le croyons vous êtes attachés au vivre-ensemble, à la cohésion sociale, qui sans des dispositifs d’éducation tels que la prévention spécialisée pour les mettre en pratique resteraient au stade de très jolis mais néanmoins très creux concepts, nous vous demandons monsieur le premier Ministre, mesdames et messieurs les politiques, d’ insérer au Code de l’action sociale et des familles une disposition pour que la prévention spécialisée entre une bonne fois pour toute dans le champ de la protection de l’enfance, mission qui comme vous le savez relève des Conseils départementaux.

About

Check Also

IMG_6833-0715716b18

COMMUNIQUE ONES. L’ONES entre au Haut conseil du travail social ( HCTS )

Depuis le 1er juillet 2016, le HCTS, haut conseil du travail social succède au CSTS, …

4 comments

  1. nous nous sentons largement concerné par ce communiqué…
    nous cherchons des signatures pour soutenir notre action de défense de la prévention spécialisée dans les yvelines

    voici le communiqué

    Collectif Prévention Spécialisée des Yvelines
    Communiqué de Presse, 30 novembre 2015

    Le 27 novembre 2015 le Président du Conseil Départemental, Pierre Bédier, a annoncé le report, au 18 décembre, du débat et du vote sur le financement de la Prévention Spécialisée dans les Yvelines.
    Madame Arenoux, 2ème vice-Présidente et Maire de Chanteloup-les-Vignes a été chargée de reformuler le projet initial.
    Il envisage de supprimer l’action éducative des éducateurs de rue sur 12 villes du département : Ablis, Achères, Aubergenville, Carrières-sous-Poissy, la Celle-Saint-Cloud, Conflans-Sainte-Honorine, Rambouillet, Saint-Cyr-l’Ecole,Saint germain en Laye, Verneuil-sur-Seine, Versailles.
    Plus de 4000 adolescents et adolescentes ne seraient plus accompagnés individuellement, sans compter le cortège de conséquences désastreuses de cet abandon sur les parents, les fratries, les groupes de pairs, sur la cohésion sociale, sur le travail partenarial, sur le renforcement prévisibles des logiques sécuritaires.

    Ce report témoigne de la montée des oppositions contre cette décision scandaleuse.
    Madame Christine Boutin a rendu la sienne publique.
    Des Maires/Conseillers Départementaux discutent âprement auprès de Monsieur Bédier et de Madame Arenoux pour le maintien des éducateurs de rue sur leur commune.
    Les professionnels se mobilisent avec la société civile sur chaque territoire et à l’échelle départementale. Les organisations syndicales soutiennent les mobilisations contre cette décision.
    Les partis de Gauche, non représentés, au Conseil Départemental expriment leur complet désaccord avec ce projet.

    Bref, la brutalité de cette décision et son caractère inepte sont de plus en plus dénoncées.

    A l’heure où l’horreur s’est abattue sur Paris, sur Saint-Denis, sur la France, dix mois après les tragiques attentats de janvier nous devons, plus que jamais, réaffirmer notre « devoir de Fraternité » envers la jeunesse. Ce devoir de Fraternité porte un nom : Éducation.

    D’ici le 18 décembre :
    Nous amplifierons la mobilisation localement et sur le département par de multiples initiatives.
    Nous alerterons sur les risques d’une réorganisation des interventions de la Prévention Spécialisée, dans le cadre des appels à projets qui vont paraître, qui éloignerait les éducateurs de rue d’une présence quotidienne sur leurs territoires d’action éducative.
    Nous interviendrons auprès des élus, auprès de Madame Arenoux, auprès du Président Bédier pour faire entendre qu’il y a un état d’urgence sur notre département, celui de l’Éducation dans les quartiers populaires.

    Dès à présent nous appelons les jeunes, leurs familles, les professionnels de la Prévention Spécialisée et leurs partenaires, les acteurs de la société civile, les organisations syndicales et politiques, les élus à venir nombreux, le 18 décembre, au Conseil Départemental, dans le cadre des lois de notre République, pour dire d’une même voix que l’Éducation, la Prévention Spécialisée ne sont pas des choix. Encore moins des choix budgétaires alors que le budget départemental de la Prévention Spécialisée représente moins de 1% du budget global du Conseil Départemental.

    L’Éducation est une obligation absolue
    La Prévention Spécialisée est une impérieuse exigence

    Nous n’y renoncerons jamais.

    Signée par :

    serriez vous prêt à le signer?
    si oui, nos délais sont très court…

    julien David éducateur spécialisé
    pour le collectif de soutien à la prévention spécialisée dans les yvelines

  2. Éducateur Spécialisé dans la protection des mineurs. Je partage complètement ce que vous indiquez ci-dessus. Cependant, mon quotidien auprès des ados, c’est le travail de responsabilisation que je pratique.
    Or, ces jeunes majeurs (e) sont responsables de leur choix. Ils/elles n’ont plus à entrer dans notre pays. Ils/elles doivent être déchus de la nationalité française.
    Il est a rappeler la responsabilité de l’autorité parentale… .

  3. Je trouve tres pointu votre analyse des rôles des clubs de prévention spécialisé. Vous avez bien fait de mettre le doigt sur notre façon de s’immiscer dans les interstices de toutes les structures de droit commun, car c’est notre valeur ajoutée. Qui fera le lien après notre départ???