Communiqué: Suspension des gratifications, l’ONES désapprouve.

Dans un communiqué du 25 octobre 2013, Geneviève Fioraso, ministre de l’enseignement supérieur a indiqué qu’elle avait adressé une instruction aux préfets pour suspendre la gratification des stages dans les collectivités territoriales et dans les établissements du service public hospitalier.

Pour l’ONES, cette reculade constitue une très mauvaise nouvelle. En effet, à l’heure où le gouvernement avait fait de la jeunesse sa priorité, ce renoncement laisse les étudiants précaires sans véritable solution et n’améliorera pas véritablement la situation.

Il faut rappeler que les étudiants en travail social effectuent leur stage dans l’ensemble des établissements et services sociaux et médico-sociaux dont une très grande majorité relève du secteur habilité (c’est-à-dire qu’ils sont structurés en association loi 1901 et fonctionnent sur des subsides publics) et ne sont pas concernés par cette disposition.

La concertation annoncée n’est qu’un moyen de diluer les mobilisations et de renvoyer tout le monde aux calendes grecques. Depuis 2008, l’ensemble des acteurs travaillent sur cette question et les solutions existent si un minimum de volonté politique était présent pour les mettre en œuvre. Il faut donc être clair, cette proposition de concertation est une manière déguisée de dire que les gratifications ne s’appliqueront pas dorénavant dans les fonctions publiques.

L’ONES appelle donc au maintien des mobilisations et demande à Madame Fioraso de débloquer les fonds nécessaires à la mise en œuvre des gratifications dans l’ensemble du champ professionnel du travail social.

Ces sommes, permettraient de redonner de l’air à des formations pour lesquelles le principe fondamental de l’alternance est mis à mal depuis de trop nombreuses années.